Impressions sur la conduite en Australie.

Publié le par A3CViste




On conduit à gauche en Australie.Ca perturbe un peu au début: ne pas trop serrer à gauche sur la chaussée,respecter rigoureusement les priorités à droite surtout dans les ronds-points. Lors de manœuvres, par exemple opérer un demi-tour (cela nous est arrivé souvent!), on reprend vite les habitudes de la conduite à droite et il ne faut pas oublier de repartir sur la partie gauche de la route. Les australiens sont assez prudents et patients au volant; ils respectent les piétons aux feux et ils anticipent systématiquement la conduite du véhicule devant eux. Finalement nous n'avons pas connu de situations trop critiques en conduite à gauche. Les routes sont en bon état, en particulier les highways qui relient entre elles les grandes agglomérations. Ces routes sont sans cesse améliorées comme le prouvent de nombreux grands chantiers en cours. Le réseau secondaire est plus contrasté et parfois les nids de poule sont traîtres! Une highway est une sorte d'hybride de route nationale et d'autoroute semblable à une 4 voies car on peut les traverser, tourner à gauche et à droite, les cyclistes peuvent aussi emprunter la bande d'arrêt d'urgence et elles traversent parfois de part en part les agglomérations. Les véritables autoroutes sont les motorways gratuites ou à péages. On les trouve surtout en proximité des trois plus grandes villes du pays: Sydney, Melbourne et Brisbane.C'est Sydney qui en compte le plus. Il n'y a pas de réelle barrière de péage sur la voie, la plaque d'immatriculation est seulement enregistrée au vol. Il faut ensuite régler son passage dans les 24 h soit par téléphone soit par internet. Le système n'est visiblement pas très adapté aux visiteurs étrangers que nous sommes et la solution que nous avons adoptée, après avoir été piégé deux fois, a consisté à rechercher des itinéraires sans "toll". Il faut alors bien étudier son coup à l'avance avec iPad et GPS en renfort.

Publié dans Info

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article